TOULOUSE AUCAMVILLE COUREURS OCCITANS
Un Team, une Identité, un Etat d'esprit
Adresse
Téléphone
Connexion

C’ÉTAIT HIER (N°2)... 15 Avril 2020

ONLINE. Toulouse et la course à pied.
            Le 24 juin 1987, la Corrida de la Saint-Jean (AGF Toulouse) voyait le jour avec un parcours intra-muros de 13 km. Christian Vignole en est la cheville ouvrière avec l’appui des employés municipaux, principalement des services de l’eau, alors en régie. L’adhésion des coureurs fut instantanée au point de réunir lors de sa dernière édition plus de 3000 participants sur la Place du Capitole ; le succès est considérable. La suite fut moins glorieuse, privée de la place du Capitole (lieu de départ et arrivée de la course) pour cause de travaux de réfection, puis par certains problèmes liés à la circulation au centre-ville, suivie d’une privatisation du service de l’eau (source de bénévoles) ; le cumul des contraintes aura raison de l'épreuve la plus importante de Midi Pyrénées.
             Après 4 années d’arrêt, la course renait de ses cendres le 25 juin 1999 à l’initiative de Philippe Durr et Serge Lévy sous l’appellation Corrida de Toulouse (Crédit Agricole). Le parcours est ramené à 10 km, et son départ/arrivée prendra lieu et place au Cours Dillon tout près de la Prairie de Filtres. Il faudra attendre plusieurs années pour qu’elle retrouve le faste de la Place du Capitole qui a connu son apothéose lors de sa 20ème édition le 5 juillet 2019 avec un chiffre record de participation flirtant les 5000 coureurs !
 
Le rythme s’accélère et engendre chaque année sa nouvelle épreuve ; on court tous azimuts dans Toulouse, c’est le temps de l’euphorie. La Corrida se trouve une escorte, elle n’est plus seule dans cette recrudescence de 10 km.
Le 21 mai 1989, les élèves de l’Ecole Supérieure de Commerce coupaient le ruban de la 1ère édition des 10 km de Sup de Co Toulouse. La date et les lieux sont idéalement positionnés, correspondant aux attentes du moment avec un départ/arrivée devant l’école sur le Boulevard Lascrosses. Tout à proximité, Le “Jardin Japonais“ fait office d’espace d’échauffement et de réveil matinal. Pour une première le peloton est dense fort de ses 6 à 800 coureurs se faufilant dans l’urbain Toulousain. En bout d’épingle, la traversée du “Jardin des Plantes“ entre bac à sable et manège ne manque pas d’attraits ; c’est la sortie des poulbots occitans. Malgré son succès, l’épreuve ne durera que quelques années, victime des mêmes symptômes que son illustre ainée “Les 10 km de N’7“ ; l’absence de rotation des promotions suivantes dans la relève de son équipe organisatrice.
 
Deux autres épreuves viendront s‘insérer dans un plan centre ville en dupliquant pour partie des parcours précédemment emprunté par l’N7 et Sup de Co. La course de la Sécurité Sociale prendra son ordonnance le 8 juin 1990. Ils seront plusieurs centaines de coureurs au départ de ce 10 km devant la Préfecture, Place Saint-Etienne et une arrivée royale Allées François Verdier (derrière les Monuments aux Morts).
La course du Gaz parachèvera cette période intramuros le 27 octobre 1991. Elle optera pour un départ/arrivée Rive Gauche sur l’île du Ramier, devant la Salle Jean Mermoz. Ils seront plus d’un millier de coureurs pour cette parade semi nocturne de 12,5 km avec toujours les Allées Jules Guesde, Grand Rond, Boulingrin, Port Saint Sauveur…. Dans la Salle Jean Mermoz bondée, un buffet géant gratuit s’offre aux convives en clôture d’une soirée de fête de la course à pied. La puissance (internationale) du déroulé des 10 miles de Labège à la même période aura raison de sa pérennité.
 
A ces épreuves intramuros, se grefferons deux autres épreuves périphériques qui font partie de Toulouse. La course de Pouvourville qui sera de 1988 à 1994 un 18 km, puis de 1995 à ce jour un 10 km. Avec 31 éditions au compteur, elle est dans le Top 3 des plus anciennes courses de notre département. Pour l’anecdote, Christian Laforgue gagnera la 1ère édition ; succédant à son père Frédéric Laforgue l’emportera à 6 reprises sur le 10km.
Le 5 octobre 1991 une nouvelle épreuve pointera son nez en bout de piste de l’Aérospatiale (actuellement Airbus) ; Les 5 et 10 km deSaint Martin du Touch prenant le créneau du samedi après-midi pour le moins inédit et jusqu’alors déserté. Pendant près de 10 ans, elle fera connaître les charmes d’une balade bucolique des bords d’un Touch méconnu Aujourd’hui, il est devenu l’un des principaux endroits répertoriés par les joggers toulousains.
 
Ce dossier ne serait pas complet si nous ne citions pas ces courses très localisées, (parfois organisées par des comités lambdas) ne comportant qu’une centaine de coureurs voire guère plus. Le Mile (1609 m sur route) aux abords de la Cité Universitaire Daniel Fauché sur l’île du Ramier par le TUC (Toulouse Universitaire Club), La Corrida de Compans-Caffarelli (Comité), La Course de “l’Huma“ Parc de la Mounède par le PCF (Parti Communiste Français), Tour du Lac de la Reynerie par le Spiridon Club d’Occitanie, La Course des Pradettes (Comité).
 
 
L’essentiel n’est-il pas de garder …
                                                        L’envie au cœur !
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 

© Siège social : Mairie. place Jean Bazerque. 31140 AUCAMVILLE.  Téléphone : 05 61 70 48 62 / 05 62 16 17 34
Adresse postale : BP 80213 AUCAMVILLE. 31142 SAINT - ALBAN Cedex.