TOULOUSE AUCAMVILLE COUREURS OCCITANS
Un Team, une Identité, un Etat d'esprit
Adresse
Téléphone
Connexion

DROIT DE COURIR ...14 Septembre 2019

ONLINE.Droit de courir. Depuis 1970, année de référence de l’émergence du phénomène des courses hors stade en France ; cela fait 50 ans que la liberté de courir demeure toujours aussi vulnérable.
Sale temps pour le running en proie à des turbulences venant de toutes parts. Aujourd’hui encore nous aurions pu croire que la liberté de courir était un acquis, surtout après la récente projection du film témoignage “Free to run“ (courir libre) sous forme de rappel historique de la course à pied. En son temps dans les années 2000, nombre d’intervenants du mouvement pédestre associatif formulaient de sérieux doutes quant à l’objectivité de certains acteurs privés, ainsi que de la nature de leur entrisme dans la course à pied. Le regret à avoir de cette l’époque, c’est de ne pas avoir su convaincre et pour nous de ne pas avoir su les écouter, entendre ; c’est eux qui dans la sémantique avaient vu juste. Tous les derniers éléments que nous pouvons recensés aujourd’hui abondent dans ce sens et alourdissent un constat que nous trainons comme un boulet.
Depuis deux trois années, les courses sur route connaissent un fléchissement qui ne fait de s‘accroître. Cela ce traduit par un nombre moindre de courses et des pelotons avec des effectifs plus restreints en participation de coureurs. Nous connaissons les causes de cet état de désaffection au devenir chronique, si nous n’y trouvons pas une parade. Au risque de jouer les rabat-joies, un rappel des nuisances organisationnelles s’impose. La gestion d’une phase post attentats désastreuse avec son concentré additionnel de complications multiples. Des contraintes administratives de plus en plus prégnantes, la mise en sécurité des voies publiques empruntées et des coûts financiers en constante augmentation. Auxquels il faut ajouter des tarifs d’inscriptions exponentiels et une raréfaction du bénévolat.
L’organisation d’une course sur route en milieu urbain devient insurmontable pour nombre d’organisateurs associatifs qui ne possèdent pas des moyens similaires à ce des acteurs privés. Il en résulte un renoncement de plus en plus perceptible qui fait que certains préfèrent renoncer. Tandis que d’autres se reconvertissent dans les Trails préférant voir si l’herbe fraîche est meilleure ailleurs. Ce principe des vases communicants explique en partie ce différentiel entre route et Trails.
Immanquablement cette situation profite aux Trails dans un schéma qui déjà leur est favorable. Ce foisonnement par son ampleur est à lui seul un phénomène exceptionnel où ils prolifèrent. Parmi toutes ces nouvelles adhésions il serait de bon ton d’en faire le distinguo. Quelque soit le format, toutes ces courses ne sont pas systématiquement des Trails. Le terme course nature est plus approprié ; ce n’est pas une dérive en pente douce, un monticule de terre ou une touffe d’herbes qui en font un Trail.
De gros weekends, une concurrence toute aussi démentielle chahutent les courses nature de dimensions plus modestes. Certains organisateurs trouvent leur salut en “tirant par la racine“ leur épreuve, pour d’autres la déviation sera une fin d’aventure. Les plus déterminés d’entre eux ; pour préserver l’essentiel déploient une débauche d’énergie en multipliant le nombre de distances dans leur épreuve afin de capitaliser au forceps un nombre de participants à peu près conforme à une ambition initiale. Pour toutes ces courses nature (ou Trails) le succès rime avec galères et sacrifices. Si l’effet escompté est à priori réussi, il ne peut qu’avoir une durée limitée dans le temps.
Aujourd’hui les Trails sont confrontés par une montée en puissance des mouvements écologistes, des défenseurs de la nature. Au nom de la protection de la faune et de la flore, ils veulent interdire toutes manifestations sportives sur les sites protégés, les parcs naturels. Il n’est pas rare que des restrictions d’accès soient imposées sur certains massifs, (Néouvielle, La Clape, les Calanques….).
Tout proche de nous, des organisateurs ont subi pour des raisons diverses les aléas de la contrainte. Le 16 juin dernier, “Les foulées de Cap Montas“ en forêt de Buzet, ont du opérer quelques changements avec suppression d’une distance en raison de la protection des grenouilles qui vivent dans une petite marre à proximité des lieux. Plus récemment, le 8 septembre dernier, c’est le Trail des Dingos organisé par l’association DDX de Bruguières, qui annulait sa course, ne pouvant assurer la sécurité nécessaire : because l’ouverture de la chasse !
Comme précédemment pour les courses sur route, le trop plein se déverse et trop de Trails tue le Trail. C’est ce à quoi nous allons assister dans les mois à venir entre épreuves annulées ou non reconduites et un droit de courir toujours aussi malmené.
 
 
L’essentiel n’est-il pas d’avoir …
                                                        L’envie au cœur !
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 

© Siège social : Mairie. place Jean Bazerque. 31140 AUCAMVILLE.  Téléphone : 05 61 70 48 62 / 05 62 16 17 34
Adresse postale : BP 80213 AUCAMVILLE. 31142 SAINT - ALBAN Cedex.